julien choix de marc« Le musicien complet , qui marie, à chaque moment musical, une connaissance de l’œuvre, une approche intellectuelle solide et un instinct sans faille de l’impalpable. »
Maria João Pires

Né en 1987 vers Bruxelles, le plus ancien  souvenir musical de Julien Libeer remonte au fameux documentaire sur l’enregistrement de ‘West Side Story’ par Leonard Bernstein. Le piano, qu’il commença à l’age de six ans, devint rapidement un loyal compagnon dans l’expression d’un amour de la musique qui jusqu’aujourd’hui se nourrit autant d’opéra, du répertoire de chambre et symphonique que des grandes partitions pour piano.
Pendant cinq années décisives, le pédagogue franco-polonais Jean Fassina fut le professeur patient, exigeant et sage que tout aspirant-musicien devrait avoir la chance de rencontrer. Cette expérience fut suivi par une collaboration toute aussi intense avec Maria João Pires, dont les conseils et le soutien continuent d’influencer profondément sa vision des choses.

Julien Libeer a été l’invité de salles telles le Palais des Beaux-Arts et Flagey à Bruxelles, le Théâtre de la Ville à Paris, la Barbican Hall de Londres, l’Auditorio Nacional de Madrid, le Palau de la Musica à Barcelone, ou encore le Concertgebouw d’Amsterdam. D’autres tournées l’emmènent entre autres au Japon (Tokyo, Sumida Tryphony Hall), au Liban (Beirut Chants festival) ou encore aux Etats-Unis (Miami International Piano Festival).
Il joue en concerto avec entre autres le Brussels Philharmonic, l’Orchestre National de Belgique, deFilharmonie, Sinfonia Varsovia, le New Japan Philharmonic, sous la baguette de chefs tels Michel Tabachnik, Augustin Dumay, Serge Pehlevanian, Joshua Weilerstein, Enrique Mazzola, Christopher Warren-Green…

Chambriste très apprécié, il collabore régulièrement avec Augustin Dumay, Camille Thomas, Frank Braley, Maria João Pires, ainsi que Lorenzo Gatto avec qui il donne l’intégrale des sonates de Beethoven dans la saison 2015-2016.

Julien Libeer a étudié avec Daniel Blumenthal (Conservatoire de Bruxelles) et est artiste associé à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, où il s’est également formé en musique de chambre sous l’égide des membres du Quatuor Artemis. Il a reçu les conseils d’Alfred Brendel, Dmitry Bashkirov et Abdel Rahman El Bacha.

S’il s’est consciemment tenu loin du circuit des concours internationaux, il n’en a pas moins reçu, en 2008, le Prix Juventus (jeune soliste européen le plus prometteur), et fut élu Jeune Musicien de l’année par l’association de la presse musicale belge en 2010. En 2013, il reçoit le prix du public décerné chaque année par la radio Klara.

Très apprécié pour son éloquence, Julien Libeer est un invité régulier des médias belges et étrangers. Son travail a fait l’objet d’un documentaire (« Technique doesn’t exist », 2013), qui se trouve aussi sur YouTube. Habitant à Bruxelles, il passe la plupart de son temps libre à lire, nager ou regarder une bonne série, et est activement engagé dans un nombre de projet sociaux, tous fondé sur l’idée que la musique peut être une force transformatrice pour chaque personne prête à écouter.

Visitez le site de Julien Liberr