Quatuor Hermès

La florissante carrière du Quatuor Hermès comprend des tournées aux quatre coins de l’Europe, en Asie (Chine, Japon, Taiwan), aux Etats-Unis et en Amérique du Sud, ainsi qu’au Maroc, en Egypte au Kazakhstan ou aux Emirats Arabes Unis. Ils sont fréquemment invités dans de grands festivals français et étrangers comme celui de la Roque d’Anthéron, les Flâneries Musicales de Reims, le Festival de Radio France et Montpellier, le festival du Périgord Noir, le festival de Colmar, le festival de L’Orangerie de Sceaux, le festival de Pâques de Deauville ; au Cheltenham Music Festival, Mecklenburg-Vorpommern festival, Krzyzòwa Music Festival, Mantova Chamber Music festival…

Régulièrement invité aux Etats-Unis, le quatuor s’y produit dans de prestigieuses salles comme au Kennedy Center de Washington ou au Carnegie Hall de New York.

Leur parcours est jalonné de rencontres déterminantes : les quatuors Ravel, Ysaÿe, et Artemis avec lesquels les quatre musiciens se sont formés et ont développé une pensée musicale commune ; puis des personnalités marquantes comme Eberhard Feltz à Berlin, et plus tard Alfred Brendel, immense inspiration avec lequel ils travaillent régulièrement aujourd’hui.

Le Quatuor Hermès a reçu de nombreux prix : « Révélation Musicale de l‘Année » du  Prix de la Critique 2014-15, le « Nordmetall Ensemble Preis 2013 » du festival Mecklenburg-Vorpommern. Il est également Premier Prix du Concours International de Genève 2011, Premier Prix au concours FNAPEC 2010, Premier Prix du Concours International de Musique de Chambre de Lyon 2009, et Premier Prix aux Young Concert Artists à New York.

Les disques du quatuor Hermès ont tous été récompensés par la critique française et internationale. Après une intégrale des quatuors de Robert Schumann très remarquée (notamment récompensée par un Choc de l’année 2015 du magazine Classica), leur dernier opus paru en Janvier 2018 et consacré aux quatuors de Ravel, Debussy et Dutilleux a reçu un Choc de Classica, ffff de Télérama et 5 diapasons, ainsi que des récompenses en Allemagne et aux Pays-Bas.

Omer BOUCHEZ (1er violon)

Omer Bouchez commence ses études musicales dès 5 ans au Conservatoire Régional d’Annecy, et c’est à 6 ans qu’il choisit le violon. Suivi dès ses débuts par une famille de mélomanes et par des professeurs passionnés (Johnny Zefferini, puis Nathalie Geoffray‐Canavesio), il développe très jeune une personnalité de musicien ainsi qu’une réelle affection pour les chefs-d’œuvre de la musique de chambre.
Tout jeune premier prix du Concours de l’UFAM, il participe à l’âge de 15 ans à une grande tournée européenne avec l’Orchestre Français des Jeunes. Il est ensuite lauréat du Concours Flame Jeunes Solistes à Paris.
Plus tard, étudiant au CNSMD de Lyon, il fait la rencontre du grand pédagogue uruguayen Mauricio Fuks, puis du pianiste Alfred Brendel à l’Académie musicale de Villecroze. Tous deux sont déterminants dans le parcours du musicien, l’encouragent et le décident à partir étudier durant deux années à la prestigieuse Académie de musique Hanns Eisler de Berlin. Il y continue sa formation de violoniste avec Stephan Picard et les membres du Quatuor Artemis. Omer Bouchez joue actuellement un magnifique violon italien Carlo Tononi, fait à Bologne.

Elise LIU (2ème violon)

Elise Liu commence par étudier le piano à cinq ans, puis débute le violon trois ans plus tard à Paris. Au cours de ses études, sa rencontre avec Matis Vaitysner et Olivier Charlier devient déterminante dans son choix de se perfectionner au violon, d’abord au conservatoire National de Région de Paris avec Suzanne Gessner puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe de Vladimir Nemtanu.
Durant ses études à Lyon, elle approfondit sa pratique de la musique de chambre et de l’orchestre, notamment avec l’Orchestre Français des Jeunes sous la direction de Jean-Claude Casadesus et le Gustav Mahler Orchestra dirigé par Sir Colin Davis.
C’est en 2008 qu’elle croise le chemin des musiciens avec qui elle décide de créer le quatuor Hermès. Avec le grand soutien des membres du quatuor Ysaye et du quatuor Artemis, le quatuor se voit récompensé de plusieurs prix, dont le 1er prix du concours de Genève et lauréat du concours Young Concert Artist.
Elise joue sur un violon David Tecchler, généreusement prêté par le Fond Instrumental Français.

Lou Yung-Hsin CHANG (alto)

L’altiste taïwanaise Lou Yung-Hsin Chang entame sa formation musicale à l’âge de cinq ans. Elle découvre ensuite l’alto vers douze ans et est immédiatement attirée par son timbre chaleureux et pratiquement humain. Après quelques années seulement, elle est acceptée à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Lyon dans la classe de Tasso Adamopoulos. Elle en sort diplômée en 2009 avec les félicitations du jury. Elle poursuit ensuite ses études Konzertexamen à l’Université des Arts de Berlin, sous la direction de Hartmut Rohde. Fascinée par la musique de chambre depuis son plus jeune âge, elle fonde le Quatuor Hermès avec trois collègues en 2008 et reçoit des conseils inestimables de la part du Quatuor Ravel, du Quatuor Ysaÿe, du Quatuor Artemis, d’Eberhard Feltz, d’Alfred Brendel et de bien d’autres. Depuis décembre 2014, elle se perfectionne à la Chapelle musicale Reine Élisabeth, sous la direction de Miguel da Silva. Lou Chang joue sur un alto de Carles Jacquot (Paris) prêté par un collectionneur privé.

Yan LEVIONNOIS (violoncelle)

Yan Levionnois a débuté le violoncelle avec son père, puis a étudié notamment à Paris avec Marc Coppey et Philippe Muller, à Oslo avec Truls Mørk, et à New York avec Timothy Eddy, où il a également suivi des cours de philosophie à la Columbia University.
Premier Prix des concours internationaux “André Navarra” et “In Memoriam Rostropovitch”, Yan Levionnois est également lauréat du premier concours Reine Elisabeth consacré au violoncelle et du dernier concours Rostropovitch, où il a notamment obtenu le prix de la “personnalité la plus remarquable”, et a été nommé aux Victoires de la Musique 2011. Il est d’autre part lauréat des fondations d’entreprise Banque Populaire et Safran, révélation classique de l’Adami 2013, et depuis 2016 artiste associé de la Fondation Singer-Polignac à Paris. Il s’est produit en soliste avec notamment le London Philharmonic Orchestra, l’Orchestre National de France, le Sinfonia Varsovia et l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, sous la direction de Daniele Gatti, Dimitry Sitkovetsky, Jean-Jacques Kantorow ou encore Heinrich Schiff, et compte parmi ses partenaires de musique de chambre des personnalités telles que David Grimal, Antoine Tamestit, Renaud et Gautier Capuçon, Nicholas Angelich, David Guerrier, Emmanuel Pahud et le quatuor Ébène.
Musicien éclectique, il joue régulièrement avec l’accordéoniste de jazz Richard Galliano, et participe en tant que chef de pupitre à l’ensemble sans chef “Les Dissonances”, abordant avec eux le grand répertoire orchestral, des symphonies de Beethoven aux œuvres de Ravel ou Debussy. Sa discographie a été unanimement saluée par la presse et le public depuis son premier cd, “Cello Solo”, sorti en 2013 chez Fondamenta. Notons également, entre autres, un disque de sonates avec le pianiste Guillaume Bellom et “Pierrots Lunaires”, un disque de duos avec la violoniste Mélanie Clapiès, tous deux parus chez le même label, ainsi qu’un enregistrement live à Lugano du Trio Élégiaque n⁰2 de Rachmaninov, paru chez EMI dans le coffret “Martha Argerich & Friends 2011”.
Attaché à la création contemporaine et aux rencontres avec les compositeurs, il a travaillé avec Jonathan Harvey, Bruno Mantovani ou encore Éric Tanguy. Il a de plus commandé une pièce à Kryštof Mařatka pour le disque “Cello Solo”, et a créé le Concerto pour violoncelle et orchestre d’harmonie de Richard Dubugnon, une collaboration qui a fait l’objet du film “Ce qu’il faut de silences”, réalisé par Thierry Augé.
Passionné par la poésie d’Arthur Rimbaud, il a conçu “Illuminations”, un spectacle mêlant les poèmes du recueil éponyme aux Suites pour violoncelle seul de Benjamin Britten, et dans lequel il assure également le rôle de récitant.
Il a eu la chance de participer à la création de son violoncelle, réalisé par Patrick Robin, et joue un archet fait pour lui par Yannick Le Canu.